Intervention d’Alain Afflatet en tant que doyen du territoire Grand Orly Seine Bièvre

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs les Conseillers territoriaux,

Chers Collègues,

C’est un honneur de présider ce nouveau Conseil d’installation, dans ma ville, et je profite pour souhaiter la bienvenue à tous mes collègues.

J’essaierai d’assumer cette courte Présidence le plus sereinement possible !

Permettez-moi, M. Le Président, de profiter de ce moment pour évoquer deux sujets qui me touchent particulièrement et d’émettre des vœux.

Le premier sera celui des droits à tous les Elus, de leurs donner toutes les informations et les moyens d’assurer leur mandat  qu’ils soient de la majorité comme de l’opposition  et surtout du respect des engagements.

Les conditions de nos élections ont été bouleversées par cette crise sanitaire sans précédent. Elles n’en requestionnent en rien le caractère sacré, mais aussi nous interroger sur l’abstention massive, voir le désintérêt des citoyens à la vie de leur cité.

Et ce n’est pas les situations surprenantes et les chutes rocambolesques, qui ramèneront les citoyens à retrouver de l’intérêt à la vie public.

Nous ne devons jamais oublier les engagements que nous avons pris devant eux.

Ce contrat de confiance qui nous unit entre citoyens et élus ne peut être piétiné pour assouvir des ambitions personnelles ou par simples revanches mortifères.

Ce qui doit guider nos actions est le sens de l’intérêt général au service de nos villes et de leurs habitants, l’envie d’améliorer toujours plus leur quotidien et leur cadre de vie.

Il appartient à chaque Elu, de la majorité comme de l’opposition, de proposer, de débattre, d’écouter, dans le respect dû à chacun et de trouver la solution pour l’intérêt général et uniquement de l’intérêt général.

Je sais que je peux compter sur l’ensemble de vous tous pour respecter ce « code de l’honneur » qui devrait également être voté au même titre que la charte des Elus.

Le second portera sur le fonctionnement de notre territoire T12  et du principe de coopérative des villes qui avait été retenu. S’il n’est pas parfait, il semble être le moins mauvais et permet de garder la personnalité et la singularité de chaque ville.

Dans ce vaste territoire, le respect de la volonté de chaque commune doit être le fil conducteur de notre gouvernance.

Cette tâche n’est pas facile mais vous avez su, M. Le Président, trouver le bon compromis entre projets de territoire et projets des villes.

Il ne tiendra qu’à votre successeur de continuer la lourde tâche qui vous a incombée durant ces 4 dernières années.

Je ne serai pas plus long ce soir, je vous invite durant le temps ce mandat à tous veiller au bon fonctionnement de notre collectivité et de ne pas hésiter de dénoncer des pratiques qui pourraient s’éloigner du respect de chacun et de chaque ville dans le cadre de notre institution.

Doyen du Conseil, je vous garantis que je mettrais un point d’honneur au respect de vos engagements et de la parole donnée.

Intervention d’Alain Afflatet au 1er conseil municipal

Alain AFFLATET a présidé le début du 1er conseil municipal, car il en est le doyen.

Retrouvez son intervention ci-dessous :

INTERVENTION DOYEN

Monsieur le Maire, Mesdames et messieurs les élus, Mesdames, Messieurs,

Puisque que je suis le doyen de cette nouvelle assemblée, et qu’il me revient l’honneur de présider la première séance, permettez- moi de me présenter.

Oui Doyen je suis ! J’ai 73 ans dont 70 passés à Vitry…

En 1950, mes parents y ont acheté un terrain sur lequel ils ont  construit de leurs mains la maison dans laquelle je vis toujours.

Ils m’ont inculqué les notions de travail, d’engagement, de respect des personnes, et d’ouverture à son prochain, on disait à l’époque « avoir l’esprit Charitable ».

Durant 20 ans j’ai dirigé, sur le plateau, le magasin familial de bricolage et j’ai pu, dans ce contexte, rencontrer de nombreux Vitriots, et les voir évoluer. Ainsi, j’ai vu des Italiens, des Espagnols, des Portugais, des Magrébins, qui arrivaient démunis de tout, s’installaient et construisaient leurs petits nids douillets pour fonder leur famille.

Ils s’installaient dans les quartiers, s’y sont intégrés, et ont contribué pleinement à la constitution,  au développement et à la construction de notre ville cosmopolite.

L’entraide entre voisins était une évidence! Elle existait, naturellement, sans ostentation !

C’est de cette éducation,  que j’ai tiré le goût d’entreprendre, de créer des emplois, de m’intéresser à la vie puis à la ville, puis à la vie de la cité !

 En 2014, libéré de mes engagements de chef d’entreprise, c’est tout naturellement que je me suis investi pour la collectivité en entrant au Conseil Municipal.

Mais, J’arrête là pour ce qui me concerne ;  car, tenant ici le rôle de « Vénérable Sage Vitriot », je voudrais, pour les plus jeunes et, nos nouveaux arrivants, rappeler quelques points de l’histoire de notre ville…

Vitry, fut un village dans la campagne entourant Paris, Il devint agricole, puis horticole, d’où son nom « vitry aux arbres » ce qui n’est plus qu’un lointain souvenir, puis devint industriel, avec une population essentiellement ouvrière.

Mais depuis, les champs et les cultures ont disparu, les nombreuses usines ont fermé leurs portes, laissant place aux friches, les entreprises désertent, les ouvriers subissent la pénurie d’emplois… les grands ensembles sont devenus des zones « de mal vivre ».

Qu’en sera-t-il demain ??

Aujourd’hui, nous installons le premier conseil municipal d’une nouvelle mandature qui restera marquée hélas du sceau de l’abstention.

Car à Vitry, près de 8 habitants sur 10 ont boudé les urnes!

C’est beaucoup plus qu’ailleurs, c’est un triste record !

Alors posons-nous la question : pourquoi ?

Certes le Covid est un peu responsable, mais pas seulement !

Aujourd’hui, je formule le vœu,  que cette nouvelle mandature restaure un esprit démocratique, de tolérance et d’écoute. Que prime le souci de l’intérêt général.

C’est seulement, à cette condition   que les électeurs peuvent croire aux institutions, et retrouver confiance envers leurs élus.

S’ils se savent écoutés, les Vitriots prendront part  à la vie de la cité et retrouveront, j’en suis sûr, le chemin des urnes.

Et je veux croire ce matin en la sincérité des déclarations des différents candidats prônant l’ouverture, l’écoute et le travail en commun ! Que ce ne soient pas que de belles paroles !

Pour terminer permettez-moi d’exprimer mon attachement à tous ceux qui ont été touchés durant cette période particulièrement difficile que nous traversons et ma reconnaissance envers tous ceux qui, par sens du devoir ou par générosité ont permis que la vie continue.

La vidéo Vis ma vie de Vitriot épisode 4

Retrouvez les vidéos de l’équipe Vitry à Venir, qui vous fait découvrir les richesses et les potentiels des habitants de Vitry. Regardez aujourd’hui l’épisode 4 sur l’entraide des congolais.

Merci pour les masques !

LES MASQUES : tout le monde s’y met, et c’est bien.

La bonne volonté de tous et le partage, mettent du baume au coeur en cette période difficile (On notera que certains agissent plus discrètement que d’autres, mais là c’est l’affaire de chacun).

LA REGION Ile-de-France : Valérie Pécresse, présidente de la Région a commandé 30 MILLIONS de masque sans attendre, dès le début de la crise. Des masques ont été donnés aux départements, aux territoires, aux municipalités afin qu’ils les distribuent.

Des distributions ont eu lieu à destination des soignants, aidants, agents municipaux, pharmaciens, commerçants, agents de transports, dans les gares, etc…

LES VILLES, LES DEPARTEMENTS, LES TERRITOIRES ont donc distribués ces masques.

D’autres masques sont disponibles à l’achat pour les entreprises qui se groupent, et sur justificatif, à la centrale d’achat de la Région.

Que serait-il advenu si Valérie Pécresse, Présidente de la région Ile-de-France n’avait pas commandé ces masques ?

À VITRY-SUR-SEINE, les masques distribués à ce jour par la municipalité proviennent donc de la Région.

Et de la générosité de particuliers.

Pour le reste, la ville a commandé 100 000 masques ; ils ne sont pas encore livrés : la commande n’a été faite qu’en avril !

Mieux vaut tard que jamais, diront certains optimistes…

Alain AFFLATET